Le confinement de la population était-il la seule option envisageable face à la pandémie de la COVID-19? Cette approche moyenâgeuse est en fait une solution de désespoir. Le système de santé et les services sociaux ont été mis à mal par des décennies de coupures. Le gouvernement Legault a opté pour le confinement afin d’éviter de lever le voile sur l’incapacité du système de santé actuel à arrêter l’épidémie. Comme il fallait s’y attendre, les politiques désastreuses des gestionnaires d’hôpitaux, de CHSLD et de résidences privées pour personnes âgées ont engendré des morts par centaines et du personnel infecté par milliers.

Le prix que la société aura à payer pour le confinement n’est pas seulement économique. Le confinement favorise les tensions familiales, les violences domestiques, l’aggravation ou l’apparition de problèmes psychologique, etc.

Cette crise sanitaire s’ajoute à la grave crise écologique ainsi qu’à une nouvelle crise économique mondiale, comparable à celle de la Grande dépression de 1929. Ces crises capitalistes interreliées montrent que le libre marché est incapable d’offrir une société saine aux travailleurs et aux travailleuses. La solution de sortie de crise réside dans la gestion planifiée et démocratique de l’économie.

Aujourd’hui plus que jamais, il est clair que ce sont les travailleuses et les travailleurs qui font tourner la société, pas les actionnaires et les patrons. Ce sont les travailleuses et les travailleurs qui doivent prennent la société en main et la faire tourner sur la base de décisions démocratiques, non pas d’après les diktats des marchés.

Le capitalisme est un obstacle pour sauver des vies. Réorganisons la société sur une base socialiste!


Garantissons des conditions de travail sécuritaires et des soins de qualité

Il n’y aucune concession à faire avec la santé du personnel du secteur de la santé et des services sociaux. Réclamons maintenant:

  • L’accès à l’équipement de protection requis en tout temps!

  • L’embauche du personnel requis maintenant!

  • Le contrôle public et démocratique des agences de placement de personnel!

  • L’augmentation immédiate de 3$/h et l’indexation des salaires au coût de la vie pour tout le personnel de la santé!

  • La réduction collective du temps de travail avec embauches compensatoires!

  • Le contrôle public et démocratique de tous les CHSLD et toutes les résidences privées pour personnes âgées!

  • Un plan d’investissements publics massif dans le secteur de la santé et des services sociaux élaboré démocratiquement avec les acteurs directement concernés!


Dépistons massivement la population et collaborons au développement de vaccins

Comme le montre l’exemple de la Corée du Sud, le meilleur moyen pour enrayer l’épidémie et protéger la population consiste à effectuer un dépistage massif. Le Syndicat des employé-es du Centre Universitaire de Santé McGill (SECUSM)-CSN réclame ce type de dépistage depuis le 1er avril. Le gouvernement dit ne pas avoir les « moyens» de prendre en main un tel dépistage. Autrement dit, il ne veut pas toucher à la propriété des compagnies privées qui pourraient le faire. Nos vies valent plus que leurs profits! Réclamons maintenant:

  • Le dépistage massif de la population, en commençant par les travailleuses et les travailleurs des services essentiels!

Le 2 avril, l’INSPQ a publié un document intitulé « La désinfection des masques de protection respiratoire N95 à usage unique ». Vous avez bien lu, l’INSPQ propose de réutiliser un équipement qui n’est pas conçu pour cela afin de gérer sa pénurie. Encore une fois, l’État québécois préfère risquer la vie de ses «anges gardiens» plutôt que de remettre en cause le droit de propriété privé et tout faire pour produire le matériel nécessaire. Cette situation montre que ce secteur de production doit être planifié selon les besoins réels. Réclamons maintenant:

  • Le contrôle public et démocratique de toutes les compagnies privées liées à la production de matériel et de services médicaux essentiels (usines, laboratoires, cliniques, etc.)!

Afin d’assurer une coopération dans le développement de vaccins, exigeons:

  • Que le secteur pharmaceutique soit placé entre les mains du public et que les brevets soient abolis!

  • Que Québec solidaire mène une réelle campagne de terrain avec son projet Pharma-Québec!


Les travailleurs et les travailleuses n’ont pas à payer la crise

Les entreprises ont résisté pendant des années à l’augmentation du salaire minimum à 15$/h. Elles ont maintenant trouvé des fonds pour donner une prime de 2$, 3$ voire 4$/h à leurs bas salarié·es. Ces augmentations étaient nécessaires avant la crise et le seront d’autant plus après. À travail essentiel, salaire essentiel! Réclamons :

  • La conversion des primes de risque du secteur privé en augmentation salariale permanente!

  • Le versement total du salaire par l’employeur en cas de chômage temporaire!

  • Le soutien aux PME en difficulté sur la base d’une démonstration de leurs états financiers!

  • L’annulation des loyers et hypothèques pour les personnes incapables de payer durant la crise sanitaire! Les banques peuvent bien absorber les coûts et les intérêts!

  • La prise en charge par l’État des frais funéraires pour toute personne décédée de la COVID-19!


Se donner les vrais moyens de passer à travers la crise

Les décisions cruciales quant à l’organisation de la société ne devraient pas être laissées à la discrétion des employeurs. La majorité de la population devrait décider démocratiquement ce qu’elle produit et la manière dont elle produit. Les syndicats ont la responsabilité de lancer une campagne nationale avec des revendications et des propositions claires afin d’éviter que cette crise retombe sur les épaules des travailleurs et travailleuses. Profitons du large soutien dont bénéficie, entre autres, le personnel de santé pour préparer la bataille contre le gouvernement d’austérité de François Legault! Réclamons:

  • La nationalisation des secteurs clés de l’économie sous la gestion des travailleurs, des travailleuses et des communautés. Les secteurs du transport, de l’énergie, des communications, de l’agroalimentaire et des ressources naturelles doivent être placés dans les mains du public dans le cadre d’une transition écologique vers une production durable.


Changeons de système maintenant! Pour une alternative socialiste internationale!

En prenant les secteurs clés en main, la production inutile et le gaspillage peuvent faire place à une économie planifiée. Pour financer la lutte contre le coronavirus et assurer une gestion des richesses dans l’intérêt des travailleurs et travailleuses, réclamons:

  • Une forte taxation des géants du web (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft)!

  • La saisie immédiate de l’argent des paradis fiscaux!

  • La nationalisation sous contrôle démocratique du système bancaire!

  • La coopération et la solidarité internationale dans la lutte à la COVID-19!

Vous êtes d’accord avec ce programme? Vous voulez vous mettre en action dans votre milieu de vie? Vous voulez poursuivre la réflexion avec nous? Contactez-nous en remplissant le formulaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *