Attendu que le salaire minimum au Québec s’élève à 11,25 $ de l’heure depuis le 1er
mai 2017 et est programmé à croître annuellement pour atteindre 12,45 $ de l’heure
d’ici au 1er mai 2020;

Attendu que le salaire minimum à 12,45 $ de l’heure, même sur une semaine de travail
complète, ne fournit pas un niveau de revenu permettant de dépasser le seuil de
pauvreté tel que défini par le gouvernement;

Attendu qu’une étude de l’université Princeton menée en 1995 par les économistes
David Card et Alan Krueger, Myth and Measurement, a fourni des données empiriques
selon lesquels un salaire minimum plus élevé permettait à l’économie de croître, incitait
à la consommation, réduisait le montant des aides sociales, permettait d’augmenter les
charges sociales et autres revenus gouvernementaux sans réduire l’emploi dans son
ensemble; des résultats qui ont été confirmés par d’autres études majeures;

Attendu que le Gouvernement de l’Alberta instaurera un salaire minimum à 15 $ de
l’heure à partir du 1er octobre 2018 and que l’Ontario s’est engagé à augmenter ce
même salaire minimum à 15 $ de l’heure d’ici le 1er janvier 2019;

Attendu que la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a fait valoir qu’un salaire
minimum plus élevé permettrait d’aider les entreprises en augmentant leur productivité,
d’augmenter la rétention des employés, d’accroitre le pouvoir d’achat des travailleurs,
de promouvoir particulièrement la cause des femmes qui se retrouvent de manière
disproportionnée parmi les travailleurs au salaire minimum; et que cette mesure était
ainsi un engagement pour davantage d’égalité tout en créant des lieux de travail et des
emplois plus justes en s’assurant notamment que les travailleurs à temps partiels soient
payés sur le même montant à l’heure que les travailleurs à temps plein pour le même
travail;

Attendu que plusieurs villes aux États-Unis, dont San Francisco, New York et
Washington ont déjà instauré un salaire minimum à 15 $ US de l’heure tandis que
plusieurs états se sont engagés à atteindre ce montant au cours des prochaines
années;

Attendu qu’un mouvement d’ampleur croissante au Québec demande au gouvernement
provincial de réviser les régulations s’appliquant au salaire minimum afin de suivre les
exemples de l’Alberta et de l’Ontario;

Il est proposé par Marvin Rotrand
Appuyé par Magda Popeanu

Que le conseil municipal de Montréal appuie la revendication d’un salaire minimum de 15$ de l’heure et qu’il demande au Gouvernement du Québec de réviser les règles gouvernant le salaire minimum afin de suivre l’exemple de l’Alberta et de l’Ontario;

Que la Ville de Montréal donne comme mandat à la Commission de développement
économique et social d’étudier les moyens et mécanismes requis pour appliquer la
politique du $15 minimum de l’heure à tous les contractants, sous-contractants,
ententes de service ou appels d’offres émanant de la Ville de Montréal.

Côte-des-Neiges / Notre-Dame-de-Grâce / Montréal
Cabinet du maire et des conseillers municipaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *